Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


L’Algérie face à la mondialisation

Tayeb Chenntouf. L’Algérie face à la mondialisation. Dakar, CODESRIA, 2008, 330 p., ISBN : 2-86978-184-9 ISBN 13 : 9782-86978-184-9

Number of visits: 978

L’Algérie face à la mondialisation est une contribution d’intellectuels (chercheurs, syndicalistes, membres de mouvements associatifs) à l’analyse de la crise que traverse l’Algérie depuis la décennie 1980-1990. Ils l’ont vécue sur place intellectuellement et physiquement.

La crise est restituée dans la conjoncture nouvelle créée par la mondialisation. Elle se manifeste d’abord par l’exercice d’un véritable droit d’ingérence puis, avec la fin de la violence, de la recherche d’une insertion nouvelle dans un monde dominé par une super-puissance et l’économie néo-libérale.

Les contributions évaluent dans des domaines stratégiques les politiques publiques, leurs résultats et les sorties de crise possibles. Trois de ces contributions se situent au niveau global et mettent en évidence d’une part le tournant que représente la crise par rapport à la conjoncture et aux orientations politiques de l’Algérie avant 1988 (Mohamed Moulfi), et d’autre part les stratégies des acteurs qui disqualifient les politiques de réforme qui nourrissent la corruption
et la bazardisation de l’économie (Rachid Tlemçani).

Les politiques sectorielles sont abordées dans cinq contributions : l’éducation (Ahmed Djebbar), le système bancaire et financier (Fatima Zohra Oufriha), l’environnement et le développement durable (Azzouz Kerdoun), le développement rural (Omar Benbekhti), et les enjeux de la loi sur les hydrocarbures (Farid Benyoucef). Les auteurs évaluent les implications des contraintes extérieures (le marché mondial pétrolier ou agricole, les nouvelles technologies de l’information et de la communication et le marché financier).

Les contributions consacrées aux mouvements sociaux (Ahmed Chouicha), aux femmes (Souad Bendjaballah et Fatima Zohra Saï) et aux intellectuels (Tayeb Chenntouf) s’attachent à cerner les potentiels possibles d’une transformation sociale. Last but not least, la dernière contribution est un bilan provisoire (Tayeb Chenntouf). Elle envisage les possibilités de sortie de crise: la formation d’un nouveau bloc historique avec ses deux composantes essentielles que sont la formulation d’un projet pour l’avenir et les acteurs sociaux susceptibles de le concrétiser. Aujourd’hui, l’Algérie semble, une fois de plus, à la croisée des chemins.

Docteur d’Etat en histoire, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, Tayeb Chenntouf est professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Université d’Oran (Algérie), vice-président de l’Association des historiens africains, professeur associé à l’Université de Nice (1984-1986), maître de recherche au CNRS à Paris (1986), membre du Conseil supérieur de l’éducation
(1995-1998) et du Comité exécutif du CODESRIA (1995-1998). Il est, par ailleurs, l’auteur d’un manuel d’enseignement de l’histoire Le monde contemporain, et de plusieurs ouvrages : L’Algérie politique (1830-1954), Le Maghreb au présent, Etudes d’histoire algérienne (18e-19e siècles) publiés par l’Office des publications universitaires à Alger. Il rédige actuellement un
ouvrage sur le Maghreb contemporain.

Texte intégral




Comments