Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


L’activité philosophique en Afrique, sujet du dernier numéro de la Revue Critique

Number of visits: 2399

Le numéro 771-772 (août-septembre) de la Revue Critique, coordonné par le philosophe sénégalais Souleymane Bachir Diagne (ancien Président du Comité scientifique du CODESRIA), propose, sous le titre "Philosopher en Afrique", une série de réflexions sur l’activité philosophique sur le continent.

Une douzaine de contributeurs ont participé à ce numéro publié avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), allant à l’encontre du vieux préjugé qui voudrait que les termes Afrique et Philosophie n’aillent pas bien ensemble.

‘’Il y a une activité philosophique des humains partout où ils se trouvent, qui va dans plusieurs directions, qui est posture herméneutique devant les œuvres d’art, distance critique devant les traditions, réflexion sur le langage, l’oralité et l’écriture, sur le développement des sciences’’, explique Souleymane Bachir Diagne.

Il ajoute que cette réflexion porte aussi ‘’sur les conditions politiques de l’émancipation, sur les modernités, sur la mondialisation, une activité qui est pensée de l’humain et des droits qui lui sont attachés. Qui est aussi évaluation de sa propre histoire’’.

Les philosophes qui ont contribué à ce numéro de la Revue Critique analysent les formes que prend cette activité, aujourd’hui, sur le continent africain, s’interroge sur le rapport que celle-ci peut avoir avec les mutations en cours.

Il y a d’abord l’introduction de Souleymane Bachir Diagne (‘’Philosopher en Afrique’’) qui pose la problématique générale. Ensuite, comme une réponse à Séverine Kodjo-Grandvaux qui s’interroge sur la notion de ‘’philosophie africaine’’, Alassane Ndaw dit, dans un entretien réalisé par Ramatoulaye Diagne-Mbengue, ‘’Philosopher en Afrique, c’est comprendre que nul n’a le monopole de la philosophie’’.

Pour Lewis R. Gordon, ‘’la +philosophie africaine+ doit se définir en termes de projet intellectuel’’ (entretien avec Souleymane Bachir Diagne), tandis que Mamoussé Diagne signe un texte intitulé : ‘’Logique de l’écrit, logique de l’oral. Conflit au cœur de l’archive’’.

Il y a aussi dans ce numéro ‘’Kwasi Wiredu et la question du nationalisme culturel’’ (Chike Jeffers), ‘’Le +tournant démocratique+ dans la philosophie africaine contemporaine’’ (Pieter Boele van Hensbroek), ‘’Philosophie africaine et Charte africaine des droits de l’homme et des peuples’’ (Souleymane Bachir Diagne).

Jean-Godefroy Bidima analyse le rapport entre ‘’philosophies, démocraties et pratiques’’ sous l’angle de ‘’la recherche d’un +universel latéral+’’, alors que Dismas A. Masolo pose ‘’le défis de la modernité. L’Afrique et la nouvelle communauté invisible’’, Yaovi Akakpo plaide ‘’une approche historique des sciences africaines’’.

Le numéro 771-772 de la Revue Critique se referme sur les contributions d’Abdoulaye Elimane Kane, ‘’systèmes de numération et fonction symbolique du langage’’, et de Paulin J. Hountondji sur ‘’Jacques Derrida, l’Afrique, le colloque de Cotonou’’.

(Source : Agence de presse sénégalaise, 11 octobre 2011)




Comments