Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


PRESENTATION DE LA LETTRE D’INFORMATION DU CODESRIA

Ebrima Sall, Secrétaire Exécutif

Bienvenue au premier numéro de la Lettre d’information du CODESRIA !

Fournir des informations régulières sur le travail du CODESRIA et de ses partenaires tout en stimulant le débat autour des grandes questions auxquelles est confronté le continent africain, tel est l’objectif assigné à cette Lettre d’information du CODESRIA.

Il s’agit là d’un objectif qui était depuis plus de trois décennies assumé par le Bulletin du CODESRIA et son prédécesseur Africana. Mais aujourd’hui, avec les révolutions de l’information et de la communication que l’internet a portées à des niveaux presque inimaginables et avec des réalités sociales évoluant rapidement et de manière de plus en plus complexe, il devient crucial d’avoir, dans un temps raisonnable, des perspectives académiques et des analyses critiques qui vont au-delà de ce que rapportent souvent les journaux, la radio et la télévision. Avoir à attendre la publication d’une revue ou d’un bulletin trimestriel pour être informé(e) des activités du CODESRIA, ou pour connaître les vues des universitaires sur certains sujets cruciaux, semble peu supportable de nos jours. La multiplication de sites web et de bulletins (électroniques et papier) destinés à partager les vues et critiques d’universitaires sur des évènements en cours est une indication très claire de la manière qu’ont choisie nombre d’institutions pour réagir à la vitesse imposée par le traitement de l’information.

Number of visits: 585

Ebrima Sall, Secrétaire Exécutif

Bienvenue au premier numéro de la Lettre d’information du CODESRIA !

Fournir des informations régulières sur le travail du CODESRIA et de ses partenaires tout en stimulant le débat autour des grandes questions auxquelles est confronté le continent africain, tel est l’objectif assigné à cette Lettre d’information du CODESRIA.

Il s’agit là d’un objectif qui était depuis plus de trois décennies assumé par le Bulletin du CODESRIA et son prédécesseur Africana. Mais aujourd’hui, avec les révolutions de l’information et de la communication que l’internet a portées à des niveaux presque inimaginables et avec des réalités sociales évoluant rapidement et de manière de plus en plus complexe, il devient crucial d’avoir, dans un temps raisonnable, des perspectives académiques et des analyses critiques qui vont au-delà de ce que rapportent souvent les journaux, la radio et la télévision. Avoir à attendre la publication d’une revue ou d’un bulletin trimestriel pour être informé(e) des activités du CODESRIA, ou pour connaître les vues des universitaires sur certains sujets cruciaux, semble peu supportable de nos jours. La multiplication de sites web et de bulletins (électroniques et papier) destinés à partager les vues et critiques d’universitaires sur des évènements en cours est une indication très claire de la manière qu’ont choisie nombre d’institutions pour réagir à la vitesse imposée par le traitement de l’information.

Le CODESRIA est souvent interpelé et, quelquefois même, mis au défi de commenter et de donner des avis informés sur des situations ou évènements particuliers touchant le continent et projetés sur le devant de la scène par l’actualité. On peut citer à titre d’illustration les crises au Mali, en République Centrafricaine et en République démocratique du Congo, l’évolution du « printemps arabe », la piraterie le long des côtes africaines, les relations entre la Cour pénale internationale et l’Afrique, l’accaparement des terres, les BRICS, le changement climatique et l’Agenda 2063 de l’Union africaine, etc. La Déclaration de Kampala sur la liberté académique et la responsabilité sociale impose aux universitaires de partager leurs réflexions issues de recherches rigoureuses sur des questions qui se posent à la société. Il est impératif de trouver des mécanismes et des plateformes offrant aux universitaires des opportunités pour jouer un tel rôle.

Cette Lettre d’information a pour ambition de vous tenir informé(e) des) analyses et rapports produits par le réseau du CODESRIA. Elle se veut également le lieu où universitaires, décideurs, activistes et autres agents de changement pourront échanger leurs vues et prendre part aux débats de l’heure. Elle reste toutefois un complément aux autres publications du CODESRIA, particulièrement le Bulletin, qui abritent des débats académiques et politiques, et demeure un espace de questionnement sur des sujets qui, plus tard, pourraient être repris dans des articles de revues académiques publiées par le CODESRIA comme, par exemple, Afrique et Développement, la Revue africaine de sociologie, la Revue de l’enseignement supérieur en Afrique, ou dans d’autres revues africaines.

Le CODESRIA envisage aujourd’hui une lettre mensuelle mais il n’exclut pas d’accroître la fréquence de publication si nécessaire.

Nous espérons pouvoir publier la Lettre d’information dans toutes les langues de travail du CODESRIA, et, au moins en français et en anglais dans un très proche avenir. Pour le moment, nous n’avons ni les ressources humaines ni les ressources financières pour traduire cette ambition dans la réalité. Si vous voulez aider avec des ressources financières ou assurer la traduction, n’hésitez pas à nous contacter.

Nous attendons vos contributions à cette Lettre d’information. Celles-ci devront être envoyées à editor.news@codesria.sn. Faites-en votre Lettre d’information !

Bonne lecture!

BREVES

Au moment de mettre sous presse, nous avons appris la triste nouvelle de la disparition de Nelson Mandela. Au nom du Comité exécutif du CODESRIA, de ses membres, et de la communauté des sciences sociales en général, nous présentons nos profondes condoléances. Dans ce premier numéro de la Lettre d’information du CODESRIA, nous rendons hommage à l’exceptionnelle contribution de Mandela à la libération de l’Afrique.

December 6 2013



Comments