Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


Distinction : Le Pr. Boubacar Barry de l’Ucad lauréat de l’African studies association

NB : Le Pr. Boubacar Barry est un ancien secrétaire exécutif adjoint du CODESRIA.

Number of visits: 812

L’éminent professeur du département d’Histoire de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), Boubacar Barry, vient d’être honoré. En effet, il est lauréat de l’African studies association (Asa) aux Etats-Unis.
Le rayonnement intellectuel de l’université sénégalaise vient, encore une fois, d’être confirmé par la décision de l’African studies association (Asa) de conférer au Pr. Boubacar Barry le très convoité Distinguished africanist award. Ce prix, selon le communiqué reçu du West african research center (Warc), a été institué par la plus grande association d’africanistes au monde : l’African studies association (Asa). Il a pour but, poursuit le communiqué, de récompenser et d’honorer les personnalités académiques et autres qui ont consacré leur vie et leur carrière aux études africaines. Le Pr. Boubacar Barry recevra son prix, le samedi 22 novembre prochain, au Marriott Hotel d’Indianapolis, lors d’une cérémonie.

Après avoir quitté la Guinée de Sékou Touré dans les années 60, Boubacar Barry a fait ses humanités à l’Université de Dakar (ancien nom de l’Ucad) et à la Sorbonne.
Sa carrière d’enseignant et de chercheur, tant à l’Ucad que dans d’autres universités de l’Afrique de l’Ouest, en Europe, aux Etats-Unis et au Brésil, a été ponctuée par la publication d’ouvrages majeurs comme : « La Sénégambie du XVe au XIXe siècle. Traite négrière, Islam et conquête coloniale, L’Harmattan 1988 » ; « Le Royaume du Walo. Le Sénégal avant la conquête, Maspero, 1972 » ; « Bocar Biro, le dernier grand Almamy du Fouta Djalon, ABC, 1976 ».

Toutes ces œuvres sont devenues des classiques pour les étudiants et spécialistes de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest dans les universités du monde entier, dans la mesure où elles ont particulièrement renouvelé la recherche et l’interprétation de faits historiques, comme l’esclavage et la politique coloniale, et de données politiques, telles que l’intégration sous-régionale et régionale sur le continent africain, a indiqué le Dr Ousmane Sène, directeur du Warc. « Le Pr. Boubacar Barry a été et reste aussi une personne ressource de grande envergure pour des institutions comme l’Unesco, le Codesria, le Crdi, la Banque mondiale, la Cedeao pour lesquelles il a organisé et animé des ateliers et des séminaires sur des sujets aussi divers que l’Islam, les échanges commerciaux, l’esclavage, l’impérialisme et les politiques d’intégration en Afrique », a soutenu M. Sène.
Il poursuit que sa voix d’enseignant de « haut calibre pédagogique et intellectuel » a aussi raisonné dans beaucoup d’amphithéâtres aux Etats-Unis (New York university, Howard university, Michigan state university), en France (Université d’Aix en Provence), en Allemagne (Université de Hambourg), au Brésil (Université de Campinas) et dans tant d’autres hauts lieux du savoir.

Fierté

Bien qu’il soit à la retraite, le Pr. Barry continue de dispenser son « savoir lumineux » aux étudiants du département d’Histoire de l’Ucad. Joint au téléphone, il n’a pas manqué d’exprimer sa fierté, le prix récompensant les efforts de toute une vie au profit de la recherche et de l’enseignement dans le domaine de l’histoire. « Ma plus grande joie, c’est de l’avoir obtenu en étant un « Made in Africa », autrement dit un pur produit du système éducatif africain. « C’est dire que si nous mettons l’accent sur l’éducation, clé de tous les problèmes du continent, l’Afrique peut obtenir des Nobel. L’Afrique a toutes les potentialités pour sortir du sous-développement à condition que les politiques accordent une plus grande importance à la recherche et à l’enseignement. Sinon, l’étranger va attirer tous nos brillants cerveaux », a-t-il dit.
Boubacar Barry a rendu un vibrant hommage à ses maîtres, dont Joseph Ki-Zerbo et sa femme, Abdou Moumini du Niger…

Daouda MANE




Comments