Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


Les formes traditionnelles de fournitures de santé en Afrique

2006

Nombre de visites : 4189

Après les indépendances, les secteurs de la santé et de l’éducation occupaient une place de choix dans les premiers investissements faits par les gouvernements post-coloniaux dans les secteurs sociaux ; en général, ces secteurs ont connu une expansion dans la période allant à la fin des années 1970. Concernant le secteur de la santé, l’accent a été mis sur le développement d’infrastructure de santé « moderne » pour la masse des populations. Il est vrai, les investissements dans le développement de la médecine « traditionnelle », la seule forme de médecine utilisée par les populations avant l’arrivée du colonialisme, étaient inexistants puisque toute l’attention était portée sur le développement et l’expansion du secteur médical moderne structuré selon l’approche institutionnelle dominante introduite pendant la période coloniale. Pendant une grande partie de la période allant des années 1960 à 1970, l’accès des populations aux services de santé moderne a connu une croissance ininterrompue. Mais au moment où les crises économiques des années 1980, exacerbées par les programmes d’ajustement structurel introduites pour contenir ces crises, les dépenses sociales de l’Etat ont connu un déclin prononcé, le secteur de la santé en a subit principalement les contrecoups. Avec le système de santé publique fonctionnant avec des standards très bas, les services offerts dans les structures de santé publique étant de plus en plus exposés à la logique du marché commercial interne, pour le patient moyen, chaque service fourni équivalait à un paiement, le système d’assurance santé public étant quasi-inexistant. Il y eut également une montée de la religiosité et des pratiques de guérison par la foi, beaucoup ayant fait le pont entre la guérison par la foi et la médecine traditionnelle dans leur comportement. Au milieu du renouveau des systèmes de médecine traditionnelle, des associations de tradipraticiens ont également vu le jour à la recherche de reconnaissance par l’Etat et d’un dialogue avec le secteur de santé moderne.

décembre 28 2009



Commentaires