Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


Les racines de la crise militaro-politique en Côte d’Ivoire

Les racines de la crise militaro-politique en Côte d’Ivoire. Francis Akindès. Dakar, CODESRIA, 2004, 58 p., ISBN: 2-86978-135-0

Number of visits: 1357

Avec le coup d’Etat du 24 décembre 1999 et le conflit politico-militaire qui a débuté le 19 septembre 2002, la Côte d’Ivoire rompt avec une tradition de stabilité politique qui fit d’elle un modèle dans la sous-région ouest-africaine. Elle traverse une crise sociopolitique sans précédent qui, non seulement, compromet la continuité de l’Etat, mais libère une charge de violence dans le corps social.

L’objectif de cette étude est, avant tout, de comprendre le sens et les enjeux de cette crise sociopolitique. L’intelligence de cette crise oriente l’analyse dans trois axes. D’abord, le sens du désordre social et politique, consécutif à la longue période de stabilité politique. Nous faisons l’hypothèse que ce désordre politique s’inscrit dans la remise en cause du compromis houphouétiste qui est un modèle d’intégration par l’économique. Ce modèle, précocement trop mondialiste, dont nous essayons ici de décliner les composantes, est entré en crise depuis le début des années 90, dans la foulée du processus de démocratisation. Ensuite, le sens de l’ivoirité. Nous l’analysons comme étant une expression particulière de réinvention de l’être collectif ivoirien, en réaction aux effets de plus de trois décennies d’ouverture qui neutralisèrent à l’excès l’expression des identités particularistes. Finalement, le compromis houphouétiste, à travers son adhésion au libre-échangisme et à l’économie de marché, a provoqué des contractions et des contradictions internes qui contraignent le système sociopolitique aussi bien à la retribalisation du débat politique qu’à la redéfinition de nouvelles règles d’accès aux ressources de plus en plus rares. Et enfin, le sens de l’escalade de la violence et de ses répertoires de justification dans cette crise sociopolitique. En tant que signe de délégitimation des modèles de régulation bâtis sur le mode tontinier, la récurrence des coups d’Etat militaire en Côte d’Ivoire appelle au renouvellement de la grammaire politique et des modalités de régulation sociopolitique autour de principes intégrateurs qu’il reste à inventer.

Francis Akindès est professeur de sociologie économique à l’Université de Bouaké (Côte d‘Ivoire) et chercheur associé à l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement - France). Il est l’auteur de plusieurs travaux aussi bien dans le champ de la sociologie des mutations politiques et économiques que de l’analyse des politiques publiques de lutte contre la pauvreté.

Le texte intégral de cet ouvrage peut être consulté en cliquant ici




Comments