Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


Hommage à Wangari Maathai

Nombre de visites : 2160

Wangari Maathai, africaine lauréate du prix Nobel, est décédé le dimanche 25 septembre 2011, à l’âge de 71 ans. Elle avait été professeur à l’Université de Nairobi et dans plusieurs autres institutions, et avait été la fondatrice du Green Belt Movement. Elle était aussi une militante de la société civile et des droits des femmes, ancienne parlementaire et auteure de plusieurs livres. Vous trouverez ci-dessous un hommage à la seule africaine s’étant jamais vu décerné le Prix ​​Nobel de la Paix, rédigé par le Professeur Thandika Mkandawire de la London School of Economics (LSE) et ancien Secrétaire exécutif du CODESRIA :

Wangari Maathai était une personne incroyable. Je l’ai rencontrée à Kampala au cours d’un Symposium du CODESRIA sur la liberté académique. Elle était arrivée un jour après la tenue du colloque. J’ai été informé de sa présence et du besoin qu’elle avait exprimé de trouver un hébergement. Je suis allé à sa recherche et l’ai trouvé dans le hall de l’hôtel avec un petit sac contenant les affaires qu’elle avait emmenées avec elle. Quand je lui fit remarquer qu’il était trop tard pour participer au symposium, elle répondit, avec ce sourire qui lui était si particulier : "Je, sais, mais je l’ai fait". Dans le Kenya de l’époque, tout employé de n’importe quelle institution étatique (y compris les universités) devait obtenir une autorisation de voyager hors du pays pour assister à une conférence. A cette occasion, le gouvernement avait tout simplement refusé aux universitaires kényans l’autorisation de voyager pour assister à ce qu’il devait avoir perçu comme une conférence subservive. Alors, Wangari voyageât par la route. De toute évidence, il en aurait fallu beaucoup pour arrêter Wangari.

Avec elle, l’Afrique a perdu une de ses filles parmi les plus grandes et une voix qui inspirait.

Thandika Mkandawire
Londres

septembre 27 2011



Commentaires