Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


Pr. Achille Mbembe (1996-2000)

Nombre de visites : 2495

Né en 1957 au Cameroun, Achille Mbembe est un historien et un politologue. Eduqué par les pères dominicains, il s’engage très tôt dans la Jeunesse estudiantine chrétienne (JEC) au sein de laquelle il est responsable du journal du mouvement intitulé « Au Large ». Ce journal offre un espace intellectuel à l’intérieur duquel Achille Mbembe et ceux de sa génération analysent les différents aspects de l’autoritarisme du régime d’Ahmadou Ahidjo (1958-1982). Sa participation aux activités de la JEC lui permet de voyager à travers le continent, notamment en Tanzanie, où il découvre la pensée du « Mwalimu » Julius Nyerere à une époque à laquelle Dar Es Salam est un véritable centre de bouillonnement intellectuel et un des principaux foyers de la lutte pour la libération de l’Afrique.

Parti en France en 1982 pour poursuivre ses études d’histoire, il multiplie les écrits dans la presse, notamment dans Le Monde diplomatique, et commence une thèse de doctorat d’Etat sous la direction du Professeur Catherine Coquery-Vidrovitch. Il s’inscrit également sous la direction de Jean Leca à l’Institut d’études politiques (IEP) où il obtient un Diplôme d’études approfondies (DEA) en sciences politiques. Le politologue Jean-François Bayart devient son « mentor » et lui ouvre les pages de la revue Politique africaine et de sa nouvelle école qui analyse la/le « politique par le bas en Afrique ». Jean-Marc Ela a également exercé une influence considérable dans la formation intellectuelle d’Achille Mbembe. Bénéficiant d’une bourse de la Fondation Ford pour rédiger son livre Afriques indociles, il part aux Etats-Unis en 1986 et obtient un poste de professeur assistant à l’Université de Columbia.

Achille Mbembe a enseigné dans de nombreuses universités et institutions américaines dont l’Université de Columbia (New York), la Brookings Institution (Washington), l’Université de Pennsylvanie, l’Université de Berkeley (Californie) et l’Université de Yale. En 1996, il devient boursier de la Fondation Mac Arthur et, en juillet de la même année, il est recruté comme Secrétaire exécutif du CODESRIA où il restera jusqu’en janvier 2000. Après son passage au CODESRIA, Achille Mbembe s’établit en Afrique du Sud où il a d’abord été professeur d’histoire et de sciences politiques à l’Université du Witwatersrand et Directeur de recherche du Witwatersrand Institute of Social and Economic Research (WISER) à Johannesburg. Il a récemment rejoint l’Université de Stellenbosch au Cap où il intervient en qualité de Professeur au département de sociologie et d’anthropologie sociale.

Parmi ses publications les plus connues, on peut citer :

- Sortir de la grande nuit - Essai sur l’Afrique décolonisée, Paris, La Découverte, 2010 ;
- Johannesburg : The Elusive Metropolis (avec Sarah NUTTALL), Duke University Press, Durham, 2008 ;
- L’Afrique de Sarkozy : un déni d’histoire (avec Jean-François Bayart, Pierre Boilley, Ibrahima Thioub sous la dir. de Jean-Pierre Chrétien), Paris, Karthala, 2008
- De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Karthala, Paris, 2000 ;
- On Private indirect Government, Dakar, CODESRIA, 2000
- La naissance du maquis dans le Sud-Cameroun (1920-1960) Histoire des usages de la raison en colonie. Paris, Karthala, 1996
- Afriques indociles. Christianisme, pouvoir et État en société postcoloniale. Paris, Karthala, 1988.

juin 1er 2011



Commentaires