Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


Appel à la participation de la jeunesse mondiale au 18ème Festival de la Jeunesse et des Etudiants

Nombre de visites : 1348

D’hier à aujourd’hui et dans toute société la jeunesse a toujours joué un rôle important dans le combat pour le progrès et la justice sociale. La jeunesse a toujours milité dans les plus grands combats des peuples pour la paix, la solidarité et la transformation sociale. Dans un monde où l’impérialisme se présente comme étant inévitable, le combat anti-impérialiste prouve que la jeunesse choisi son propre futur. Le 18ème Festival de la Jeunesse et des Etudiants qui se tiendra en Equateur sera le lieu pour les jeunes femmes et hommes du monde pour unir leurs voix contre l’impérialisme.

Depuis le 17ème Festival Mondial de la Jeunesse et des Etudiants nos analyses sur le caractère de l’impérialisme et notre appel pour le combat anti-impérialiste ont été justifiés. Ces dernières années avec la continuation de la crise internationale du capitalisme l’ordre impérialiste, le système où les monopoles décident, à révélé de plus en plus clairement sa vraie couleur, sa nature brutale et barbare qui à conduit à des guerres, des occupations internationales injustes, l’exploitation et le chantage des travailleurs par les capitalistes, les violations des droits de l’homme les agressions et le chantage contre les pays et leurs peuples.
Nous vivons un temps de grand danger et d’instabilité. La crise du capitalisme a conduit les alliances impérialistes à intensifier leur rivalité pour le contrôle des marchés, des ressources naturelles et des routes commerciales. Cette situation à conduit inévitablement à des actions militaires comme celles de l’OTAN et de l’UE en Libye, les agressions contre la Syrie et le peuple coréen. Les antagonismes inter-impérialistes dû à la crise créent des tensions et des dangers pour plus de conflits internationaux qui auront pour victimes les peuples du monde.

La jeunesse du monde voit grandir une offensive majeure contre ses droits au travail à l’éducation et à la santé, contre son accès à la culture et au sport. Les gouvernements autour du globe et les organisations internationales impérialistes exercent une pression afin que les travailleurs et les couches populaires payent le prix de leur crise. Leur but est de sauvegarder les fondations du système capitaliste, afin de garantir leurs profits et d’accroître l’exploitation au profit des monopoles.

Dans le même temps nous avons vue des millions de personnes et particulièrement des mouvements de jeunesse et d’étudiants résister à l’agression impérialiste. Nous avons vu grandir le combat contre la volonté des monopoles et de leurs gouvernements contre la mise en place de politiques qui voulaient mettre la jeunesse sur le chemin de l’esclavage. La mobilisation populaire de ces dernières années a prouvé que le potentiel de dépassement de l’impérialisme dépend de la détermination du peuple et de l’orientation de son combat.

La résistance et le combat anti-impérialiste de la jeunesse et des étudiants au niveau international constitue la flamme qui nourrit et guide le Festival depuis 1947. Depuis 65 ans et dans 17 Festivals la Jeunesse du monde a unit sa voix et son combat contre le fascisme, les dictatures, les régimes anti-démocratiques, le colonialisme, la guerre, l’occupation, les discriminations et a demandé la paix, la liberté, la solidarité, l’égalité, et le dépassement de l’impérialisme.

C’est pour toutes ces raisons que nous demandons aux jeunes femmes et hommes de rejoindre notre combat à l’occasion du 18ème Festival de la Jeunesse et des Etudiants.

28 MARS 2013
LE XVIII° FESTIVAL MONDIAL DE LA JEUNESSE RENDRA HOMMAGE A Chavez
LA HAVANE, 27 Mars (acn) Le XVIIIe Festival Mondial de la Jeunesse et des Étudiants, qui aura lieu à Quito, en Équateur du 7au13 décembre prochain, rendra hommage à l’inoubliable président commandant du Venezuela, Hugo Chávez Frías,.

L’événement sera spécialement dédié au héros équatorien Eloy Alfaro et Kwame Nkrumah, fondateur et premier président du Ghana et chef de file du panafricanisme, un mouvement qui a déjà un demi-siècle de lutte pour la défense de l’indépendance et de l’unité des peuples d’Afrique.

Ce-ci a été l’un des principaux accords pris aujourd’hui dans la dernière séance de la première réunion internationale préparatoire du Festival, tenue à Pretoria, Afrique du Sud, en présence de centaines de délégués de 40 organisations de jeunes et d’étudiants de la nation, de la région et au niveau international.

Pour Cuba, il s’agit de trois noms bien connus, de trois grands hommes très proches de leur histoire, raconte par voie électronique à l’ACN Ricardo Guardia Lugo, membre du secrétariat national de la Fédération des étudiants universitaires (FEU) et la délégation de Cuba à la réunion.

Nos gens ont pleuré la perte de Chávez, du leader bolivarien comme si elle avait été la nôtre, parce qu’il était un fils et un disciple extraordinaire de Fidel, a souligné Guardia Lugo, qui, au nom de la FEU préside l’Organisation Continentale Latino-américaine et Caribéenne des Étudiants (OCLAE).

Il a également rappelé l’étroite amitié qui unissait Eloy Alfaro et José Martí et le soutien du héros équatorien à la lutte du peuple cubain pour l’indépendance au XIXe siècle.

Quant à Kwame Nkrumah il a expliqué qu’il a été le premier président africain à rencontrer le président Fidel Castro en 1960 à l’Hôtel Theresa à New York, pendant le voyage des deux aux États-Unis pour assister à la quinzième période de sessions de l’ Assemblée générale de l’ONU.

Et pour couronner le tout, le Ghana était dans la même année, le premier pays d’Afrique sub-saharienne à établir des relations diplomatiques avec Cuba, a déclaré le président de la OCLAE, plate-forme régionale qui regroupe et représente plus de 100 millions d’étudiants.

Ce dernier jour de réunion à Pretoria a confirmé qu’ ont été approuvés l’appel à la jeunesse du monde et les lignes générales pour le débat politique dans le Festival en Décembre à Quito, capitale de l’Equateur.

À la fin, a eu lieu le traditionnel transfert du drapeau du mouvement des festivals du monde de la jeunesse et des étudiants de l’Afrique du Sud, siège du dernier événement, en décembre 2010, à l’Équateur, qui s’engage à être un excellent hôte pour cette dix-huitième édition.

(source ACN, texte revu par Cuba Si France Provence)

janvier 31 2014



Commentaires