Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


L’annonce des résultats de la sélection des groupes de recherche du CODESRIA Session 2016

Nombre de visites : 2405

Le CODESRIA a lancé en début d’année de 2016, deux appels à candidatures dans le cadre de ses programmes de subvention à la recherche. L’appui aux chercheurs africains et à ceux de la diaspora est l’un des principaux moyens par lesquels le CODESRIA accomplit son mandat de promotion de la recherche en sciences sociales en Afrique et contribue au développement du continent. À la fin de l’année 2016, sur un total de 226 candidatures enregistrées, 6 réseaux de recherche ont été sélectionnés. Les membres de ces réseaux proviennent du Cameroun, du Gabon, de la Guinée Bissau, du Cap-Vert, du Mozambique, du Kenya, de la Tanzanie et du Zimbabwe. Les groupes, composés de 3 à 6 membres chacun, étudient des questions d’une importance considérable pour l’Afrique impliquée de nos jours dans une rapide transformation politique, sociale et économique. Les questions étudiées vont des implications du genre dans la constitution et le fonctionnement des forces de sécurité à la planification familiale, en passant par les mariages de jeunes enfants et la préservation de la biodiversité. Le soutien du CODESRIA à ces groupes fait partie de la palette d’efforts déployés pour poursuivre les travaux sur de nombreuses questions concernant la gouvernance, la sécurité, le genre et l’environnement sur lesquels le Conseil a généré, au fil des ans, de nombreux travaux.

Ci-dessous sont présentés quelques profils des groupes sélectionnés en 2016. Le CODESRIA souhaite féliciter les membres de ces réseaux et profite de cette occasion pour leur souhaiter un plein succès dans le cadre de ses travaux au cours des 18 prochains mois.

Genre et armée au Cameroun

• Coordonnateur : Estelle Kouokam Magne, Université Catholique d’Afrique Centrale, Cameroun

• Membres :

o Youssoufou Ngamondi Karie ; Université Catholique d’Afrique Centrale, Cameroun
o Wilfride Gilbert Nzokou Fotsing, Ecole Militaire Interarmées (EMIA), Cameroun
o Dorothée Ndoumbe, Université de Yaounde I, Cameroon
o Pierre Yves Désiré Ndzomo Bessala, Université Catholique d’Afrique Centrale, Cameroun
o Albert Le Grand Amba Mballa , Université Catholique d’Afrique Centrale, Cameroun

Synopsis du projet : L’objet de cette recherche est d’étudier le rôle que joue le genre dans l’armée camerounaise. Elle analysera son importance dans le recrutement, la formation, les promotions et les procédures administratives. Le projet mettra également en exergue la mesure dans laquelle l’armée reflète les relations genre dans les structures élargies dans la société camerounaise. L’étude fait partie de nombreux travaux qui visent à établir des liens entre la sécurité et le genre dans une période où la violence sexuelle basée sur le genre, orchestrée par les armées régulières, les troupes de maintien de la paix et les forces irrégulières est de plus en plus répandue.

Les obstacles à l’implication des hommes dans la planification familiale - le cas des comtés de Mombasa et Siaya et du peuplement informel de Korogocho à Nairobi, au Kenya

• Coordonnateur : Dalmas Omia, Université de Nairobi, Kenya

• Membres :

o Rhoune Ochako, Université de Nairobi, Kenya
o Steven Kimetu, Université de Nairobi, Kenya
o Owuor Olungah, Université de Nairobi, Kenya
o Joan Kadamu, Université de Nairobi, Kenya

Synopsis du projet : Le projet cherche à expliquer, dans quelle mesure, les hommes adoptent les méthodes modernes de planification familiale. Le groupe s’intéresse particulièrement à l’utilisation des méthodes de planification familiale par les hommes et le soutien de ces derniers à leurs partenaires utilisant des méthodes de planification familiale. L’étude envisage d’utiliser des méthodes quantitatives et qualitatives et se concentre sur les comtés de Siaya et de Mombasa, aussi bien que sur le peuplement informel de Korogocho à Nairobi. Le projet contribuera à la compréhension des tendances démographiques qui ont des implications sur la réduction de la pauvreté et la fourniture de nombreux services publics.

Les mariages des jeunes enfants et les implications pour la protection sociale : le cas des sectes apostoliques au Zimbabwe

• Coordonnateur : Mildred Mushunje, Justice for Children Trust Eastern and Southern Africa, Zimbabwe

• Membres :

o Petronella Nyamapfene, Justice for Children Trust Eastern and Southern Africa, Zimbabwe
o Munyaradzi Muchacha, University of Lincoln (U.K)
o Mufaro Precious Mushunje, University in South Africa
o Martha Chinyemba, Gender and Rural Development Trust, Zimbabwe
o Edwell Kaseke, University of the Witwatersrand Johannesburg, South Africa

Synopsis du projet : Ce projet vise à comprendre la persistance du mariage des jeunes enfants dans certaines sectes apostoliques au Zimbabwe, malgré l’interdiction de ces pratiques par les lois nationales et l’activisme des groupes de la société civile. La résistance au changement de pratiques, en dépit des campagnes allant dans ce sens, la question de l’efficacité des politiques de l’État ainsi que l’impact des mouvements de la société civile sont autant de sujets qui seront abordés dans cette étude. Le projet entreprendra des ethnographies détaillées de certaines sectes. L’étude contribuera à la protection de l’enfant et aux droits de l’homme en suggérant des mesures pour dissuader la pratique du mariage des jeunes enfants.

L’alphabétisation sur la santé et la recherche des informations sur la sante par des femmes enceintes qui fréquentent des cliniques prénatales dans certaines régions de la Tanzanie

• Coordonnateur : Edda Tandi Lwoga Université de la santé et des sciences connexes de Muhimbili, Tanzania

• Membres :

o Columba Mbekeng, Université de la santé et des sciences connexes de Muhimbili, Tanzania
o Reuben Mutagaywa, Université de la santé et des sciences connexes de Muhimbili, Tanzania

Synopsis du projet : Ce projet cherche à comprendre comment les femmes enceintes recherchent des informations sur la santé. Il explore l’impact de multiples variables explicatives, y compris l’alphabétisation en santé, le capital social, l’accès aux infrastructures de santé et les risques perçus pour la santé pour expliquer la tendance des femmes enceintes à chercher des informations sur la santé liées à la grossesse. L’étude combinera une enquête quantitative et une recherche qualitative dans les régions de Pwani et Kilimanjaro en Tanzanie. Les auteurs de cette étude souhaitent contribuer à une meilleure compréhension de la santé maternelle, du développement de la petite enfance et de la façon de les améliorer.

Langues et cultures en danger : Biodiversité et savoirs endogènes

• Coordonnateur : Patrick Mouguiama-Daouda, Université Omar Bongo, Gabon

• Membres :

o Auguste Moussirou-Mouyama, Université Omar Bongo, Gabon
o Fabrice Agyune-Ndone, Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CENAREST), Gabon
o Rosalie Ngoua Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CENAREST), Gabon
o Aude Lauriane Mboumba Mbety, Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CENAREST), Gabon

Synopsis du projet : Cette étude explore les liens entre les savoirs endogènes et la biodiversité. Il met l’accent sur l’importance des répertoires linguistiques locaux, sur la flore et la faune (noms, catégories, systèmes de gestion des écosystèmes, croyances, etc.) pour la préservation des écosystèmes. L’étude collectera et analysera des données linguistiques, ethnographiques et biologiques sur la flore et la faune de quatre communautés au Gabon. Elle souhaite contribuer à la compréhension des liens entre l’ethno-linguistique et l’écologie et aider à préserver la biodiversité.
‘Confronter des dialogues’ : Trajectoires, constructions et voies émancipatrices genres dans le PALOP : la Guinea-Bissau, le Cape Verde et le Mozambique

• Coordonnateur : Patrícia Godinho Gomes, Université Fédérale da Bahia (UFBA), Brasil

• Membres :

o Isabel Maria Casimiro, Université Eduardo Mondlane, Centre des Etudes Africaines, Maputo, Mozambique
o Ângela Sofia Benoliel Coutinho, Fondation Amilcar Cabral, Cabo Verde

Synopsis du projet : Cette étude examinera l’impact de la participation des femmes dans les mouvements de libération et leur autonomisation dans les sociétés postcoloniales résultant de ces luttes. Les relations entre le discours politique et la pratique, et celles entre les règles formelles et les processus informels qui structurent et caractérisent les relations de genre seront examinés dans cette étude. Le projet se concentrera sur les anciennes colonies portugaises du Cap-Vert, de la Guinée Bissau et du Mozambique. La recherche dans les archives et les méthodes ethnographiques sont envisagées dans le déroulement de ce travail. L’étude vise à contribuer à la connaissance des liens entre l’élaboration des relations de genre et le processus complexe de la formation de l’État et du renforcement de la nation.

mars 12 2017



Commentaires