Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


Appel pour la sauvegarde des libertés académiques a l’Université nationale de Kinshasa !

15 mai 2008

Nombre de visites : 2164

La communauté africaine de la recherche en sciences sociales suit avec beaucoup d’intérêt l’évolution de la situation qui prévaut à l’Université nationale de Kinshasa (UNIKIN). En effet, depuis quatre mois les activités académiques sont paralysées par une grève des enseignants qui réclament de meilleurs salaires. Selon les dernières informations que nous avons reçues, la situation s’est aggravée depuis que les étudiants ont été réprimés par la police pour avoir décidé de manifester en soutien aux revendications des enseignants. L’intervention des forces de police sur le campus universitaire met en danger les enseignants et les étudiants et ne saurait être une solution à la résolution de cette crise.

Le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) est une organisation qui promeut la liberté académique dans les universités africaines. Son combat est de permettre aux universitaires africains d’avoir de meilleures conditions de travail les autorisant à travailler sans contrainte extérieure. Comme il a été rappelé lors la conférence de Kinshasa sur la liberté académique en République démocratique du Congo (RDC), organisée conjointement par le CODESRIA et l’Université nationale de Kinshasa en 2004, ces exigences ne visent pas uniquement à créer de bonnes conditions de travail dans les universités, mais également à garantir la libre expression des idées et la liberté d’entreprendre des recherches sur toutes les questions. La communauté universitaire de RDC est l’une des plus actives au sein du CODESRIA et le Conseil ne peut être indifférent à la dégradation des conditions de travail de nos collègues congolais. Un tel silence serait contraire aux principes de liberté académique et de solidarité pour lesquels notre organisation se bat depuis sa création en 1973. Aucune université ne peut se développer sans garantie des libertés académiques et aucune démocratie ne peut survivre sans un strict respect de la liberté d’expression. Ces libertés constituent la base sur laquelle universitaires et chercheurs assument leur responsabilité sociale.

Le CODESRIA et l’ensemble de la communauté des chercheurs en sciences sociales exhortent les autorités compétentes de la RDC à prendre des mesures urgentes afin que les libertés académiques soient garanties et respectées sur le campus de l’Université nationale de Kinshasa et que les revendications des enseignants pour de meilleures conditions de travail et l’augmentation de leurs salaires soient satisfaites. Le Conseil assure les collègues congolais de son soutien dans leur lutte pour l’avènement d’une université fonctionnant de manière démocratique dans un climat de paix et engagée dans le combat pour le développement de la RDC et du continent africain. Le Conseil profite de l’occasion pour attirer l’attention des autorités congolaises sur le fait qu’elles seront tenues responsables de tous les incidents malheureux qui pourraient résulter de cette crise.

mai 15 2008



Commentaires