Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


L’Union africaine et les nouvelles stratégies pour le développement de l’Afrique

1–3 décembre 2003, Addis Ababa (Ethiopie)

Nombre de visites : 9614

Le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) et le Forum pour la gestion de politique de développement (DPMF) invitent la communauté universitaire et les intellectuels, acteurs politiques à soumettre, des résumés de communication à présenter à la Conférence Internationale qui se tiendra du 1er au 3 décembre 2003 à Addis Abeba en Éthiopie. Le Thème de la conférence est consacré à l’Union Africaine (UA) et aux (nouvelles) stratégies poursuivies ces derniers temps pour le développement de l’Afrique. Sous ce thème général, les participants sont invités à explorer les différents aspects des défis de développement auxquels le continent africain fait face, le rôle des structures continentales comme l’UA pour surmonter ces défis et les alternatives possibles pour de futures actions. À cette fin, un certain nombre de communications seront proposées aux participants constitués aussi bien d’universitaires que d’acteurs politiques, de fonctionnaires internationaux et d’activistes de la société civile. Une session spéciale sera tenue, au cours de laquelle seront présentés les résultats de la session 2002 de l’Institut sur la Gouvernance du CODESRIA organisé sur le thème « Les défis de l’État – Nation en Afrique ».

Depuis sa création en 1963, la défunte Organisation de l’unité africaine (OUA) a investi beaucoup d’énergie en matière de promotion de la coopération inter-étatique et interrégionale entre les pays africains, dans les domaines de la politique étrangère, des sciences et de la technologie, de la culture, de l’éducation et des affaires économiques. Cependant, c’est seulement en 1973 que les questions économiques et les questions de développement en général sont devenues prioritaires à l’adoption de la Déclaration sur la coopération, le développement et l’indépendance économique par le Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement. Cette déclaration a projeté l’OUA dans le domaine du développement économique africain, un processus qui a présidé à l’adoption en 1980 du courageux, bien que mort-né, Plan de Lagos. L’OUA a aussi œuvré, avec d’autres organisations internationales, notamment les Nations Unies, à une conscientisation aux défis de développement qui interpellent les pays du continent. Peut-être que la réunion la plus importante issue de ces efforts est la session spéciale des Nations Unies consacrée à des discussions sur l’économie et les problèmes de développement de l’Afrique et qui a abouti à l’adoption d’un certain nombre d’initiatives notamment les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

Plus récemment, une somme considérable d’énergie a été consacrée à la promotion du Nouveau partenariat pour le développement africain (NEPAD), présenté comme un projet des Chefs d’État et de gouvernement africains pour la transformation rapide du continent sous l’autorité de l’Union Africaine. Le NEPAD, lors de son lancement, a été annoncé comme la plus importante initiative de développement issue du continent africain depuis au moins deux décennies ; son adoption est intervenue à peu près au même moment que l’OUA était transformée en UA. Il a également été annoncé comme relevant d’une nouvelle détermination à élargir les frontières et à approfondir le contenu de la coopération sous-régionale dans le continent, dans le cadre de la constitution progressive d’une union économique africaine/marché commun au cours du 21e siècle. Mieux, l’accent fortement mis sur l’impact négatif des conflits sur les perspectives de développement de l’Afrique et la détermination apparente de tourner la page de l’instabilité sont les principales considérations qui sous-tendent la mise en place de l’UA et du NEPAD. Il apparaît clairement que la prochaine décennie promet d’être plutôt marquée par les questions de développement et que l’UA est appelée à y jouer un rôle de premier plan. C’est pourquoi, il semble approprié, au moment où l’UA commence à mettre en place ses principales structures suite au Sommet de Maputo tenu en juillet 2003, qu’il soit procédé à un inventaire et une réflexion prospectives sur les stratégies continentales de promotion du développement et les défis qu’elles posent.

Les thèmes pour lesquels il est proposé de soumettre des résumés de communication sont les suivants :

i) Stratégies de développement/Initiatives de la défunte OUA, 1963 – 2002 ;
ii) Le NEPAD, une nouvelle stratégie pour le développement africain ?
iii) Le NEPAD et l’UA : synergies ou concurrence ;
iv) Le défi de la gestion du développement africain :
a. Le Développement peut-il être géré à un niveau continental ?
b. L’expérience de la gestion du développement à un niveau sous-régional à travers les communautés économiques régionales (CER) ;
c. Le défi de la synchronisation du développement national avec la stratégie sous-régionale et continentale ;
v) Les stratégies alternatives de développement ouvertes à l’UA.

janvier 13 2003



Commentaires