Weiss Architecture Studio

Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae lorem.

Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique

Programme collaboratif

Programme collaboratif

Le Programme de collaboration est géré par le Bureau du Secrétaire exécutif. Il abrite des projets situés à l’intersection de la recherche, du renforcement des capacités et des publications. Ces projets comprennent :

Le Projet sur les libertés académiques

De manière générale, toute l’histoire du CODESRIA tourne autour de la défense de la liberté de pensée, mais aussi des libertés académiques et de l’autonomie des universitaires, en particulier,. En tant que havre pour les universitaires africains en exil depuis les années 1970, le Conseil a progressivement intégré les libertés académiques dans ses activités principales, comme le prévoit la Charte du CODESRIA.

L’établissement officiel d’un projet du CODESRIA sur les libertés académiques remonte à 1990, lorsque le Conseil a organisé une conférence déterminante sur les libertés académiques à Kampala, en Ouganda. La conférence a adopté la Déclaration de Kampala sur la liberté intellectuelle et la responsabilité sociale. Elle a également recommandé la création d’un mécanisme de suivi et de promotion des libertés académiques en Afrique.

Dès le départ, le projet de libertés académiques comportait deux volets : le débat intellectuel par le biais de conférences périodiques débouchant sur des publications ; le rapprochement et l’assistance aux universitaires en détresse, par le biais de la relocalisation et de l’offre d’un soutien minimal pour faire face à divers types de détresse.

Depuis les années 1990, le projet a organisé des conférences et des dialogues dans plusieurs pays avec des institutions et des communautés de recherche locales. La nature collaborative de ces conférences a contribué à renforcer les communautés locales de chercheurs dans la défense de leurs libertés académiques.

Au cours de la période du plan stratégique 2022-2026, le projet relancera un certain nombre d’initiatives de recherche, de plaidoyer, de partenariat et de publication qui traiteront de la nature changeante des libertés académiques en Afrique en relation avec :

  • La nature de l’État ;
  • Les abus sexistes des libertés au sein des établissements d’enseignement supérieur ;
  • Le peu d’attention accordée aux cadres d’analyse des personnes en marge des identités dominantes, telles que les personnes handicapées, la communauté homosexuelle ou les personnes décrites comme ayant des sexualités ou des genres non-conformes, ainsi que d’autres personnes ou communautés également marginalisées.

Si tous ces problèmes existaient au début des années 1990, les formes internes d’abus des libertés académiques se manifestent aujourd’hui de manière encore plus complexe. Cela rend la dimension de la responsabilité sociale envers les chercheurs, telle qu’elle est définie dans la Déclaration de Kampala, encore plus cruciale.

En plus de recadrer la nature des libertés académiques, le Conseil entend réaliser les objectifs suivants au cours de la période 2022-2026 :

  • Développer un processus d’alerte précoce et systématique pour analyser les défis liés aux libertés académiques ; identifier un système de rapport sur les abus qui soit intellectuellement solide et susceptible d’être utilisés pour un plaidoyer et des interventions stratégiques grâce aux divers mécanismes de soutien aux intellectuels à risque ;
  • Renforcer un système transparent de partenariat entre le monde universitaire, la société civile et le monde politique, afin de développer une appréciation de la pertinence de chacun des secteurs et de garantir que la contribution universitaire soit à priori appréciée par les autres acteurs.
  • Renforcer le soutien à la recherche sur les libertés académiques ; organiser un campus annuel sur les libertés académiques ; consolider les publications et la diffusion de haute qualité sur les libertés académiques ;
  • Encourager la mise en place d’un réseau d’agents de terrain par le biais des bureaux de syndicats du personnel universitaire, afin de collecter des données et de mettre en évidence la nature des abus.

Activités prévues : À annoncer

 

Le Projet sur le genre

Le projet sur le genre a été lancé en 1983 conformément au mandat du Conseil visant à renforcer la recherche et l’analyse sur le genre en Afrique. Il est devenu l’une des activités phares du Conseil en 1996, sur la recommandation d’un groupe de travail sur le genre créé en 1995.

Cette principale recommandation est allée de pair avec l’intégration de la dimension genre dans les programmes du Conseil. Le projet sur le Genre occupe donc une position centrale dans les travaux du Conseil, en tant que projet visant à accroître les connaissances en matière de genre par le biais d’interventions spécifiques et clairement ciblées et dans le cadre d’une programmation collaborative avec des activités transversales pour les activités du Conseil.

De manière générale, les principaux objectifs du projet sur le Genre sont les suivants :

  • Consolider les progrès accomplis dans la création de sciences humaines et sociales qui font avancer la question du genre par l’identification systématique de nouvelles préoccupations et instruments méthodologiques.
  • Offrir à une nouvelle génération de jeunes chercheurs et chercheuses des possibilités concrètes d’approches novatrices de la recherche sur le genre.
  • Considérer systématiquement les diverses implications de la recherche sur le genre et de l’analyse de genre en Afrique
  • Mieux comprendre les interactions des réalités sexistes à différents niveaux sociaux.

Ces objectifs sont atteints grâce à un certain nombre d’activités, notamment :

  • L’Institut annuel sur le genre organisé par le Programme Formation, Bourses et Subventions et . Chaque année depuis 1995, à l’exception de 2017 et 2020, le CODESRIA organise un Institut sur le genre, qui réunit quelque 12 à 15 chercheurs à Dakar, au Sénégal, pour une période allant jusqu’à quatre semaines.
  • Le Symposium sur le genre est un forum majeur consacré au débat intellectuel sur les questions de genre en Afrique. Il se tient chaque année dans le cadre d’un thème choisi et est accueilli par le CODESRIA en collaboration avec le Centre de recherche afro-arabe du Caire. Le Symposium donne l’occasion aux chercheurs africains de présenter les résultats de leurs recherches sur le thème choisi et d’échanger avec leurs pairs dans le but de contribuer au développement d’une perspective africaine. Les thèmes choisis au fil des ans (notamment la citoyenneté, le sport, les migrations, les médias) interpellent fortement les chercheurs africains en sciences sociales, en raison du statut toujours critique des femmes africaines par rapport à ces questions. Le Symposium sur le genre s’est tenu pendant plusieurs années au Caire, en Égypte. Cependant, le Symposium ne s’est pas réuni depuis 2016 et sera relancé en 2022 dans le cadre d’un nouveau partenariat.

Activités prévues : À annoncer

 

Le Projet sur les humanités africaines (AHI)

Le projet sur les humanités africaines est une initiative qui englobe tous les travaux réalisés par le Conseil dans le domaine des sciences humaines et encourage les recherches qui explorent les liens interdisciplinaires. Il s’agit de l’une des nombreuses activités qui confèrent une orientation multidisciplinaire au travail du Conseil. La promotion de l’interdisciplinarité ou de la transdisciplinarité est une raison essentielle de l’engagement du CODESRIA dans les sciences humaines. Le projet est spécialement créé pour soutenir les activités qui impliquent des chercheurs en sciences humaines et des chercheurs d’autres disciplines des sciences sociales.

Depuis 1997, le projet des humanités africaines a été hébergé à l’Université du Ghana, Legon (Ghana), sous la direction du Professeur Kofi Anyidoho. Pendant cette période, le projet a promu un partenariat tripartite entre le CODESRIA, l’Université du Ghana-Legon et le Programme d’études africaines de l’Université Northwestern, Evanston, Illinois. A partir de 2000 environ, les activités ultérieures du projet AHI se sont déroulées dans le cadre du FESPACO, à Ouagadougou, au Burkina Faso. Une série d’autres initiatives ont également été organisées au CODESRIA. Il s’agit notamment d’une conférence majeure sur et avec les musiciens en tant qu’intellectuels, examinant spécifiquement le rôle de la musique dans la société, les droits de propriété intellectuelle, etc. Ces initiatives ont donné lieu à un certain nombre de publications, dont le livre sur  Timbuktu et des numéros spéciaux de revues telles que AD.

Le Projet sur les humanités accorde une valeur égale aux travaux empiriques, aux travaux créatifs et aux productions audiovisuelles.

Il vise à :

  • Encourager la recherche dans les sciences humaines et susciter des conversations entre les créatifs et les chercheurs en sciences sociales et en sciences humaines sur des thèmes qui intéressent le Conseil. L’objectif est de produire des idées qui échappent souvent aux prismes propres à l’un ou l’autre de ces deux domaines de connaissance.
  • Promouvoir la recherche en sciences humaines
  • Promouvoir des interprétations créatives de la réalité africaine
  • Promouvoir une analyse alternative et critique des questions relatives à l’Afrique et au développement de l’Afrique à travers le prisme des sciences humaines.
  • Offrir une plateforme pour débattre des questions de recherche en sciences sociales et humaines.

Actuellement, les principales composantes de ce projet sont :

  • L’Institut sur les Sciences humaines

Il s’agit d’un forum collaboratif unique dont la constitution change en fonction de l’axe thématique choisi. L’Institut peut prendre la forme d’un institut traditionnel du CODESRIA ou incorporer un mélange de présentations, de spectacles, d’expositions d’art et d’autres expressions créatives qui ne font pas partie du cœur de l’activité traditionnelle de la recherche. L’Institut est organisé par le Conseil en partenariat avec d’autres institutions de sciences humaines sur le continent et au-delà. C’est dans ce cadre qu’un partenariat a été formé avec le National Institute for the Humanities and Social Sciences (NIHSS) d’Afrique du Sud.

  • Bourse de recherche approfondie en sciences humaines

Cette bourse est accordée à des universitaires de haut niveau dans le domaine des sciences humaines en Afrique et dans la diaspora. La bourse est instaurée par le programme formation, bourses et subventions .


Les activités du projet sur les Sciences Humaines sont ouvertes à tous les universitaires et chercheurs intéressés par la recherche et le développement des sciences humaines en rapport avec l’Afrique. Ces activités comprennent la recherche, les associations et les réseaux, les ateliers, les conférences et les projets spéciaux.

Activités prévues : À annoncer

 

Le Projet sur le Sahel

Le CODESRIA a un intérêt académique et stratégique de longue date pour la région du Sahel. Le Conseil perçoit le Sahel à la fois comme un creuset de traditions, de cultures et d’histoires qui ont survécu à des siècles d’adversité géographique, mais aussi comme ayant généré des histoires qui émanent des adversités de la région ou y répondent. Comprendre la diversité du Sahel et ses implications pour la créativité humaine, y compris pour les arts et les sciences humaines, est devenu une priorité pour des initiatives de recherche spécifiques dans le cadre du nouveau projet sur le Sahel.

Ce projet s’appuie sur des travaux antérieurs sur le Sahel, dont la publication du livre The Meanings of Timbuktu, édité par Souleymane Bachir Diagne et Shamil Jeppie. La production de ce livre n’était pas seulement un exercice pour montrer à quel point un partenariat avec le Human Sciences Research Council (HSRC) peut être fructueux, mais aussi un bon début pour examiner l’histoire de la région sahélienne en utilisant les sciences humaines comme point d’entrée.

Travaillant en collaboration avec le Conseil arabe des sciences sociales basé à Beyrouth, le Conseil vise à créer des opportunités pour les chercheurs du Sahel,  de réfléchir à l’évolution de la situation dans la région et à promouvoir une conversation renouvelée entre les chercheurs du Sahel et de l’Afrique du Nord.

Le projet de recherche proposé répondra, à bien des égards, à la myriade de processus de formation de l’État qui sont souvent effacés ou ignorés dans les analyses dominantes centrées sur la sécurité de la région. Ce faisant, le Conseil vise à revitaliser la recherche pour certaines institutions tertiaires du Sahel qui ont été minées et déprimées par une combinaison de défis politiques et économiques.

La publication d’un numéro spécial sur la situation au Mali, édité par Amy Niang, (Bulletin du CODESRIA, Nos 5 & 6, 2020), a marqué la première initiative du projet sur le Sahel.

Activités prévues : À annoncer